lundi 22 juin 2015

Découvrez un extrait de Shine and Disgrace qui sort vendredi chez Nisha Editions

Shine & Disgrace de Zoé Lenoir

Chloé est sur le point d’épouser Gabriel. Son unique soucis est de dénicher la robe idéale, jusqu’à ce que l’ex de son fiancé débarque à Paris après avoir quitté la capitale du jour au lendemain deux ans auparavant sans la moindre explication. La présence de la belle brune semble rapidement réveiller de bien sombres secrets. S’agit-il des prémices de scandales à venir ? La jeunesse dorée parisienne n’a qu’à bien se tenir, Naomie Verdier est de retour…

Date de sortie : 26 juin 2015

Merci à Nisha Editions pour cet extrait :)

Un conseil : regardez toujours où vous posez les pieds. Sans quoi le destin pourrait bien vous jouer un mauvais tour. #MetsDesLunettes 

Paris,
6 juillet, 10h00.
Naomie gare sa moto Place Saint-Germain des Prés, en descend et retire son casque. Elle a tant apprécié ce moyen de transport ces derniers jours qu’elle a décidé de s’en offrir une. La jeune femme glisse une main gantée de cuir violet sur la carrosserie noire. Une merveille. Elle réajuste posément sa tenue, blouse en lin, minishort bariolé et sandales créées par Alexander Macqueen : large bride rouge en vinyle et semelle compensée en plexi blanc ; hauteur de talon : douze centimètres et demi.

Elle tarde à s’éloigner de l’engin : elle a peur. Peur du moment qui va suivre. Elle court un risque, celui de briser son cœur et ce n’est pas dans ses habitudes, elle qui aime tellement tout contrôler. Pourtant, il le faut. Tout simplement parce que ce qui va advenir est inévitable. Autant donc prendre les devants courageusement.

Il faut juste souffler un grand coup et se lancer. Alors Naomie se dirige maintenant d’un pas décidé vers l’iconique café les Deux Magots. Elle enfonce une main dans sa longue chevelure, nerveusement. Un coup d’œil par la vitrine ne lui permet pas d’apercevoir celui qu’elle cherche. Elle pousse la porte. La salle est magnifique. Systématiquement quand Naomie entre dans cet endroit, elle a le sentiment que les fantômes de Sartre et de Beauvoir vont jaillir soudain pour entamer un débat philosophique. Le ballet discret des serveurs vêtus de noir et de blanc se déroule sans anicroche entre les tables où elle aperçoit quelques figures du showbiz.

Presqu’immédiatement, le maître d'hôtel se dirige vers elle :

- Mademoiselle Verdier, bienvenue à Paris à nouveau. Souhaitez-vous une table ? Il me semble que celle que vous aviez l’habitude d’occuper est libre.
- Oh. Merci. Non. Je cherche quelqu’un. J’ai cru comprendre qu’il prenait son brunch chez vous chaque semaine à cette heure-ci.

Le maître d’hôtel la regarde avec une intelligence fine, devinant ses intentions.

- Vous ne vous trompez pas. Monsieur de Margensac est bien ici. Il attend un rendez-vous, mais il est seul encore pour l’instant. Vous le trouverez dans le fond de la salle.
- Super. Merci pour votre aide.

La jeune fille avance de quelques pas. Lorsqu’elle le remarque, elle se rend compte à quel point il lui a manqué. Il est là, enfin, à quelques pas d’elle et elle n’en revient pas. Deux ans sans le rencontrer. Comment a-t-elle tenu ? Il est toujours aussi beau. Ce matin, il est rasé de frais. Elle sait que c’est toujours le cas. Ses cheveux châtains et souples sont arrangés de manière élégante.

Souvent, lorsqu’ils étaient en couple, elle le taquinait à ce propos, lui soufflait qu’il était comme James Bond, irréprochable en toutes circonstances. Maintenant, elle sourit avec tendresse, constatant en l’admirant qu’il n’a pas changé. Elle reconnaît ses petites manies : la chemise sans un pli, les souliers cirés méticuleusement et posée devant lui, une tasse de thé. Alors ça aussi ! Il boit toujours des litres de thé au petit déjeuner. Dans leur milieu où l’alcool coule à flots, elle a toujours considéré cette tradition comme excessivement rassurante et touchante.

Un instant, elle aimerait que rien ne soit arrivé, qu’elle ne soit jamais partie sans lui en donner la raison, l’abandonnant de la plus atroce des manières. Elle rêve de marcher vers lui sans questions ni arrière-pensées, de s’installer sur la chaise en face pour partager un bon moment, les yeux dans les yeux. Mais malgré les regrets, elle n’a aucun remords. Elle sait qu’elle a pris la décision qui s’imposait il y a maintenant précisément sept cent soixante-quatre jours et quinze heures.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...