lundi 11 mars 2019

Découvrez un extrait de Will you play d'Alicia Garnier



Dawn, vingt-cinq ans

Cæruleum, bleu céleste ou cérulé ?

Cela fait maintenant vingt minutes que je cherche quelle nuance de bleu viendra apporter la touche finale au tableau sur lequel je travaille depuis bientôt trois semaines. Pour pouvoir finaliser cette commande, je n’ai pas fermé l’oeil de la nuit, et l’aube pénètre doucement par les fenêtres de mon salon. Je commence à tomber de fatigue, ce qui explique sans doute pourquoi j’ai tant de mal à faire un choix aussi simple que celui-là. Je ne suis pas loin de la crise de nerfs, je le sens, et il ne m’en faudrait pas beaucoup plus pour que je décide de balancer cette toile à travers mon appartement… J’essaie de respirer calmement pour me raisonner et ne pas gâcher toutes ces semaines de boulot alors que je suis sur le point de finir.

Allez, Dawn, tu peux le faire !

J’étire mon dos devenu douloureux à force de garder la même position puis regarde successivement mon chevalet et ma palette. Je me concentre quelques instants avant de soudain réaliser que je me suis de nouveau égarée dans mes pensées. Je suis épuisée, et mes yeux commencent à piquer, mais je dois finir cette commande aujourd’hui. Je suis si proche du but, il ne me manque que quelques petites touches de bleu et je serai libérée ! Mais la fatigue m’enveloppe de plus en plus, et je sais qu’il faudrait un miracle ou un cataclysme pour me sortir de cet état second. C’est à ce moment précis que la porte de mon appartement s’ouvre en grand, me faisant sursauter, et qu’une personne y entre sans y avoir été invitée.

Quand on parle de miracle-cataclysme…

Pour seul accueil, je me contente d’un grognement avant de lui tourner le dos. Toutefois, ce rapide coup d’oeil ne m’empêche pas de remarquer le regard qu’il me jette. Il en dit long sur ce qu’il pense de moi, et l’état dans lequel je dois être. Lui, par contre, est comme d’habitude impeccable et frais. La vie est vraiment injuste par moments, il faut toujours qu’il soit là lorsque je ne suis pas à mon avantage…

— Bonjour à toi aussi, charmant rayon de soleil, dit‑il.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...