lundi 11 février 2019

Ma ptite interview avec Mily Black qui nous parle de ses romans et de Mon ange, mon pirate




Peux-tu te présenter en quelques lignes pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Autant le dire tout de suite : Non. Je ne sais pas faire « en quelques lignes », il y a toujours des digressions, des hors-sujets… Comme là !

Sinon je suis une maman dynamique (comprenez sur les genoux et cernée) de deux princesses/monstres (oui, ça dépend des jours) et que j’ai l’énorme privilège d’avoir plein de piou-pioux (non, je ne travaille pas dans un poulailler, quoique… je suis prof).

Mily Black est née, il y a 11 ans maintenant. Sous ce pseudo, j’ai écrit un truc comme 80 fanfictions avant de passer à l’édition où j’ai à mon actif 2 nouvelles et 9 romans (dont Mon ange, mon pirate).

Tu écris des comédies romantiques. Est-ce ton genre de prédilection ou veux-tu tenter l’aventure dans un autre genre ? Qu’est-ce qui te plaît dans les comédies romantiques ?

Quand je commence à écrire une histoire, je ne me dis pas « en route pour une nouvelle comédie romantique », il n’y a qu’à lire Jo dans Something about you pour comprendre. Et attendez de rencontrer Samia !

En vérité, j’écris au gré de mes envies et jusque-là j’y ai mis une grosse dose de bonne humeur. J’adore penser que des gens sourient et se changent les idées en me suivant dans mes romances, mais j’ai aussi envie qu’ils réfléchissent et ressortent de leur lecture en se disant : « oui, ma vie n’est peut-être pas idéale, mais ça ne veut pas dire pour autant que tout est fichu, que rien d’exceptionnel ne peut m’arriver ».

As-tu des rituels d’écriture quand tu te lances dans un nouveau roman ? Fais-tu des « fiches » pour tes personnages ? T’inspires-tu de célébrités pour donner les traits physiques à tes personnages ?

J’ai fait de grandes études de Sciences. J’ai travaillé dans la recherche pharmaceutique, dans la fondamentale… Je suis quelqu’un de carré et de super organisé, sauf quand j’écris.

Pas de fiches, ou alors des notes sans queue ni tête, pas de photos piochées sur Internet (excepté pour un manuscrit, parce que je savais que je ne pourrais pas enchainer directement sur le tome 2 et je voulais garder en mémoire les traits de mes personnages)… Je fais tout de mémoire. Il faut dire que j’écris vite et une seule histoire à la fois donc les personnages n’ont pas l’occasion de changer.

Mon ange, mon pirate

Y a-t-il une scène que tu as eu plus de mal à écrire dans ton roman Mon ange, mon pirate ? Quelle est la scène qui t’a donné le plus le sourire ?

Non, tout a coulé de source.

Quand je tombe sur une scène qui ne me vient pas naturellement, je modifie. Si j’ai des problèmes pour l’écrire c’est qu’elle n’a pas sa place dans l’histoire ou à ce moment-là. Celle qui m’a donné le plus le sourire ? Une scène dans le parc :

Soudain un chien venu de nulle part pose ses deux pattes avant sur mes cuisses et cherche à me lécher le visage.

— Tout doux, mon beau ! dis-je en repoussant ce labrador un brin trop entreprenant. Je ne suis pas le genre de femmes à embrasser au premier rendez-vous.

— C’est bon à savoir !

Je secoue la tête, amusée malgré moi.

— Monsieur Tollec ! Laissez-moi deviner, ce chien est à vous…

— Est-ce son poil soyeux ou ses yeux adorables qui vous ont mise sur la voie ?

— Son haleine !


Se lancer dans l’auto-édition n’est pas un choix facile. Qu’est-ce qui t’a poussé à le faire ? Quelles sont les difficultés à surmonter ?

Chaque année, je me lance un défi. Là où certains enchainent les bonnes résolutions, je concentre mon énergie sur une chose que je dois tenter et qui est réalisable. Fin 2018, je n’avais aucune idée de ce qui pourrait me faire sortir de ma zone de confort et (heureusement) (oui, c’est ironique) mes relectrices m’ont fait des tonnes de suggestions et parmi elles : l’auto-édition.

Elles savent que mon ordinateur regorge de manuscrits terminés qui attendent d’être envoyés à mon éditrice, et leur choix s’est vite porté sur Ange et Marie.

Les difficultés ? Comme je ne publie qu’en numérique, il n’y en a pas eu vraiment et dès que j’ai eu des doutes, j’ai appelé une copine (Caroline, Valéry, Julie, Rose…). Tant d’auteurs s’autopublient maintenant et n’hésitent pas à partager leur expérience, que grâce à cette entraide tout s’est passé comme sur des roulettes (en espérant ne pas me porter la poisse ;) ).

Pourrais-tu nous présenter brièvement les héros de Mon ange, mon pirate ? Quelles sont leur faille et leur force ?

Voilà une question ardue quand on sait que je ne veux pas en dévoiler trop sur l’intrigue. Alors que dire sur mes personnages…

Ange est une jeune femme insouciante qui va voir sa vie bouleversée dans ses fondements. Dans cette épreuve, elle va se découvrir qu’elle est plus forte qu’elle croit, mais aussi qu’elle n’est pas seule.

Le pirate a beaucoup de failles et beaucoup de volonté. Même s’il a du mal à extérioriser ses soucis, il fait preuve d’une constance et d’un soutien inconditionnel à Ange.

Les deux frères Tollec sont, quant à eux, très différents malgré leur force de caractère commune. L’un est imbuvable ; l’autre le clown de service et pourtant leur sensibilité est à fleur de peau, un mélange assez délicat à réaliser.

Merci pour cette interview et à très vite pour vous parler de Mon ange , Mon pirate qui sort le 15 février. 


Retrouvez Mily sur les réseaux sociaux :

https://www.facebook.com/MilyBlackpage/ 
https://www.instagram.com/mily.black/ 
https://twitter.com/BlackMily 
Et chaque semaine dans votre boîte mail

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...