jeudi 26 novembre 2015

Ma Ptite interview exclusive avec Elisia Blade, auteur d'Hollywood in Irlande à paraître chez Nisha Editions


Pourriez vous vous présenter en quelques lignes?

Je me présente à condition qu’on se tutoie ;-)

Ca marche, je te tutoie donc :p 

Alors, moi c’est Elisia Blade. 28 ans et autant de dents. Et là, tous les dontophiles de la Terre doivent tiquer en se disant qu’il en manque théoriquement 4. J’ai été, aux dires de mon dentiste, très sage et on m’a donc retiré 4 dents de sagesse il y a pas mal d’années. On s’en fiche, non ? Bref, je referme cette parenthèse dentaire hyper passionnante.

Je suis une jeune auteure de romance (même si je griffonne depuis quelques années déjà) et je publie mon premier roman Hollywood en Irlande chez Nisha Editions.

Explique-nous un peu ton pseudo?

Ah ha, bonne question ! Bon pour le trouver, je me suis triturée les méninges mais genre sévère. Après moultes recherches étymologiques, j’ai trouvé un dérivé (Elisia) de mon vrai prénom qui signifie « étoile filante ». Pour mon nom de famille Blade, il signifie « prospérité » comme mon vrai nom de famille aussi. Je n’ai rien laissé au hasard.

Vous savez tout maintenant ! Enfin presque…



D'où t' est venue l'inspiration pour cette saga?

J’ai toujours voulu écrire une romance en prenant pour personnage principal masculin un acteur mondialement connu. Je me suis toujours demandé comment je réagirais face à the star internationale canonissime. Et encore plus drôle, que se passerait-il si jamais je ne reconnaissais pas l’acteur en question ? Et tadam!, Hollywood en Irlande est né.

Combien de tomes comptera Hollywood in Irlande ?

Il y en aura 6 en ebook et il y aura un ou deux tomes en version papier.

Y a t-il des éléments autobiographiques dans ta romance?

Des éléments autobiographiques ? Oui, évidemment. Il y a d’abord la ville de Tralee où un membre de ma famille a vécu pendant de longues années et que j’ai eu la chance de visiter.

Et puis je pense que lorsqu’on écrit, on met toujours un peu de soi dans ses personnages. J’ai la chance de partager la maladresse d’Adelia. Je peux vous assurer (en prenant à témoin mes copines) que j’ai réalisé chaque cascade de mon personnage principal au moins une fois dans ma vie. Bon évidemment, l’audience présente n’était pas la même. Heureusement ? Malheureusement ? J’avoue que j’aurais bien aimé avoir un Nate Calvin en face de moi.



Je trouve qu'Adelia est une héroïne moderne dans le sens où elle ressemble à Mme Tout le monde. As tu délibérément choisi d'en faire une héroïne à laquelle la lectrice peut aisément s'identifier?

Oui ! Absolument. J’essaye toujours de rendre mes personnages réalistes dans le sens où j’ai envie qu’on puisse s’identifier à eux hyper facilement. On n’a pas forcément besoin d’avoir des héroïnes au passé douloureux, un père alcoolique, une mère atteinte de la chorée de Huntington... Bon évidemment, ça arrive. Et pour le côté mélo’, c’est idéal. Mais moi, j’ai eu une enfance somme toute banale avec des frères et sœurs agaçants mais attachants et des parents aimants. Du coup, Adelia est un peu le reflet de tout ça. Une fille ordinaire au passé ordinaire dans un cadre ordinaire mais qui va vivre une aventure un peu… extraordinaire.

Pourquoi avoir choisi l'Irlande comme trame de fond de ta romance?

C’est un pays que j’aime beaucoup. J’y ai passé quelques semaines en vacances. L’hospitalité et la beauté des paysages m’ont laissé un souvenir impérissable.

J'ai en particulier apprécié les descriptions des divers lieux qui nous plongent directement dans l'histoire. As tu apporté une attention particulière à ces détails?

C’est vrai que j’aime bien les descriptions et j’ai toujours peur d’en faire des caisses au point d’endormir le lecteur. Les descriptions sont hyper importantes pour que le lecteur puisse plonger tête la première dans l’histoire. Il faut juste bien savoir doser entre le pas assez et le trop… heureusement, j’ai une super éditrice qui veille au grain.



Si tu devais décrire Adelia et Nate en 3 mots chacun, que dirais tu?

Adelia : mademoiselle-tout-le-monde, maladroite et attachante
Nate : canon, méfiant mais tout de même charmeur

Peux tu nous résumer le tome 1 en quelques lignes?

Mais avec plaisir !

Adelia est une étudiante en master de langues. Elle a choisi d’élire domicile en Irlande pour effectuer son stage de fin d’études. Un matin, alors que le soleil brille haut dans le ciel, elle décide de partir en balade toute seule pour visiter Fenit, un village portuaire pas loin de sa colocation. Sauf que… le soleil ne brille jamais très longtemps en Irlande… Et que… Fenit ?… Elle n’atteindra jamais ce fameux port. Au lieu de quoi, elle va littéralement atterrir aux pieds d’un mec aussi charmant que méfiant.



Quels sont les qualités et les défauts de tes personnages?

Je pense que le principal défaut d’Adelia est son énôôôrme manque de confiance en elle.
Nate, lui, est distant mais cela peut s’expliquer par sa profession et le milieu dans lequel il évolue.

Les personnages secondaires sont quasi inexistants dans ce 1er tome. Est-ce un moyen pour toi d'exacerber ce sentiment de solitude, de vie de reclus?

Exactement. Personne ne sait que Nate vit à Tralee et il en est très heureux… enfin personne, jusqu’à ce qu’Adelia « débarque » et vienne troubler sa quiétude. Du coup, l’accueil qu’il lui réserve laisse Adelia penser que Nate est un misanthrope fini.

Nate est-il vraiment l'ours mal léché qu'il semble être en présence d'Adelia?

Non, c’est un amour. Sous ses airs d’ours mal léché, comme tu dis, se cache un homme beaucoup plus sensible qu’il n’y paraît.



Vas tu un peu épargner ton héroïne car la pauvre ne passe jamais à côté d'une maladresse ?

La fée de la maladresse risque d’encore frapper mais le pire est derrière Adelia. Promis, elle ne va pas se retrouver toute nue en haut de l’Empire State Building à devoir danser sur du Beyoncé ;-)

Justement parlons de ses nombreuses maladresses : trahissent-elles un manque de confiance en elle ou une malchance incroyable ?

Malheureusement pour elle, c’est une parfaite combinaison des deux. Justement ce manque de confiance en elle l’amène inexorablement à commettre des bourdes. Comme lors d’un premier rencard hyper stressant et qu’on finit par renverser le verre de vin rouge d’un revers de main et tâcher sa plus belle robe, qu’on se prend le talon dans le tapis et qu’on finit les quatre fers en l’air… Tiens ça me rappelle quelques souvenirs ;-)

T-es tu inspirée d'un acteur célèbre pour votre personnage de Nate?

Ha, ha ! Disons que j’imagine très bien un acteur particulier dans le rôle de Nate.
Henry Cavill qui est juste… un mec orgasismique. Il a un de ces regards et une voix à faire mouiller la petite culotte d’une nonne… mama mia !

Bref, je m’emballe.

Evidemment, je laisse libre choix aux lectrices d’imaginer l’acteur qu’elles veulent. On m’a déjà proposé Ian Somerhalder, Matt Bomer ou encore Stephen Amell. Si vous avez d’autres suggestions, je suis toute ouïe.



Adelia est une jeune femme de 25 ans et pourtant elle n'y connait rien aux hommes. Dans ce sens la scène de sexe est habilement menée. Est-ce difficile d'écrire une scène de sexe?

Alors, oui et non. Tout est une question de dosage. Et surtout d’être un minimum réaliste. Personnellement quand je lis une histoire où le mec frôle l’épaule d’une fille et qu’elle gémit comme dans un film porno des années 80, bah la tension sexuelle retombe comme un soufflet raté.

Du coup, j’évite comme la peste ce genre de clichés. Enfin j’espère que j’y arrive en tout cas.

Parle nous de ta présence sur les réseaux sociaux. Est-ce vital pour un auteur qui se lance?

A l’heure actuelle, je pense que les réseaux sociaux sont indispensables. C’est un très bon moyen de faire la promotion de ses bouquins mais c’est surtout une façon d’être plus proche de ses lecteurs, d’avoir leur ressenti sur ce qu’on écrit. C’est un outil génial. D’ailleurs, je me suis d’abord fait connaître (si je peux dire ça comme ça) sur une plateforme d’écriture – qu’on appelle le facebook de l’écriture – bien connue aujourd’hui : Wattpad. Donc il est évident qu’être présente sur le net est absolument primordial.

Dernière question pour la fin : où en es tu de l'histoire que tu devais écrire pour moi et Marlène (private joke sur Twitter)

Ah mais, sache que les Suédois vikings trottent toujours dans ma tête… c’est une très bonne source d’inspiration. Je n’en dis pas plus !

Non sérieusement je te laisse le dernier mot pour la fin pour tes futurs lecteurs.

Alors, que dire à part merci à tous ceux (on ne sait jamais) et celles qui me liront. N’hésitez pas à me suivre sur Facebook pour me donner vos ressentis, ou juste pour me faire coucou. Je suis une grande bavarde comme en témoigne la longueur de mes réponses à cette interview.

Une petite pensée pour ma maison d’édition Nisha, grâce à qui je vis une merveilleuse aventure.

Merci à toi, Aurélie, pour cette interview. C’était un plaisir d’y répondre.

J’espère sincèrement que vous passerez un agréable moment en lisant Hollywood en Irlande. En plus, je viens de regarder le prix des billets Paris-Dublin et Dublin-Tralee, ça revient quand même moins cher et en bonus vous serez sûres d’avoir un beau gosse entre les mains (avec ou sans idées déplacées !) ;-)

Pour suivre Elisia sur Twitter

9 commentaires:

  1. Merci encore pour l'interview ! Oui, oui, je me répète ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci merci pour tes réponses :p Oui je me répète aussi :)

      Supprimer
  2. Cette interview est juste mortelle ! Whouaaa !
    La lecture est prevue pour ce week-end pour le premier tome !
    Et j'attends avec impatience notre histoire ❤

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marlène ! ♥
      Hâte d'avoir tes retours après ta lecture ;-)
      Ha ha ha ! Les vikings sexy :P

      Supprimer
    2. Tu vas adorer Marlène ce 1er tome est mortel ;)

      Supprimer
  3. Lorène Mannarini26 novembre 2015 à 23:08

    Comme toujours, Elisia, tu es passionnante! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lorène et comme toujours, tu es adorable ♥

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...