vendredi 3 février 2017

Mon avis sur Calendar Girl - Février d'Audrey Carlan

Mia se rend à Seattle où elle sera la muse d'un célèbre peintre français.

L'amour sur toile, tel est le titre de l'œuvre du bel artiste avec lequel elle va partager ce mois qui sera riche en émotions. Il faut dire qu'Alec est surprenant dans son travail et qu'il a cette manie si sexy d'utiliser des expressions françaises lorsqu'il s'adresse à Mia.


Date de sortie : 02 février 2017
Editeur : Hugo New Romance
Prix: 9.95 euros
Pages: 118 pages





Noteimage host


Avant de vous donner mon avis complet, je vous rappelle que j'ai lu ce deuxième tome en VO

Mon avis : Si vous vous souvenez de ma chronique que j'ai faite sur le premier tome ( Vous pouvez la retrouver ICI) , vous savez que j'avais vraiment peur de ne pas aimer la suite car j'avais été conquise par le personnage de Wes dès les premières pages et je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle aurait pu faire ses missions de la même manière avec de nouveaux clients. Dès les premières pages, le ton est donc donné et j'ai eu un petit de mal à comprendre les motivations de Mia dans un premier temps. Pourtant au fil des pages , j'ai réussi à me laisser porter par l'histoire et j'ai mis un peu de côtés mes récriminations.

Nous voilà donc en présence d'un nouveau client dans une nouvelle ville. Si à Los Angeles, nous avions fait un peu de tourisme aux côtés de Mia et Wes, nous verrons peu de Seattle dans ce nouveau tome. Nous nous focalisons sur Alec Dubois , un artiste et photographe de génie qui a choisi Mia pour être sa nouvelle muse. En un mois, ils devront donc réaliser de nombreux nus pour son exposition "Love on Canvas" (soit "L'amour sur la Toile). J'ai eu un peu de mal à entrer dans le personnage d'Alec car je trouve que les expressions françaises choisies et employées par Audrey Carlan sont un peu stéréotypées. Il s'exprime avec des "Ma jolie" ou encore des "Oui?" là où j'aurais attendu d'un vrai français pur souche des "Ma belle" ou des "Ok" ou "D'accord?" . J'ai donc été dans un premier temps gênée par les "maladresses" linguistiques qui ont à mes yeux enlevé de l'authenticité au personnage. Mais revenons au personnage d'Alec Dubois. C'est un homme très unique auquel on s'attache et qu'on apprécie au fil des pages. J'ai adoré par contre les créations artistiques qui sont magnifiques et qui témoignent du talent et de la créativité du personnage. Audrey Carlan a fait un sublime travail de description car il est aisé pour le lecteur d'imaginer le tableau au fur et à mesure de sa création et de son évolution. Alec mélange deux techniques , celle de la peinture et de la photographie , pour obtenir des toiles uniques aux titres évocateurs. J'ai donc été bluffée sur ce point et j'ai adoré suivre les différentes étapes qui nous amènent jusqu'à l'exposition finale.

Ce mois de février est plus sensuel, érotique et sexuel que le mois précédent. Je n'ai pas été gênée par l'abondance de ces scènes car elles sont très bien écrites et font monter la température comme il se doit. Le lecteur devient voyeur et est le témoin des étreintes charnelles entre nos deux protagonistes. Ce que j'ai appris à aimer chez Alec est le fait qu'il considère Mia comme un être humain à part et non comme un objet au service de l'art. Il utilise son corps pour son plaisir et pour nourrir ses idées originales et artistiques. J'ai également succombé au charme d'Alec car il a à coeur de donner confiance à Mia et chacun de ses tableaux est une vraie leçon de vie visant à démontrer à cette dernière qu'elle n'a pas à douter d'elle. Ce qui a aussi "sauvé" cette nouvelle intrigue est le fait que les sentiments éprouvés sont réels et sincères. Nous ne tombons pas dans le sexe pour le sexe et j'avoue que c'était ce que je craignais en avançant dans cette saga. En tout cas, Alec est un sacré bonhomme à l'endurance incroyable. Il a dû mettre des piles alcaline car il est toujours performant et prêt à satisfaire à plusieurs reprises sa compagne.

Revenons à présent sur le personnage de Mia. J'ai eu un peu plus de mal avec elle dans cette nouvelle aventure car même si je conçois qu'elle doive faire ces missions pour sauver son père , j'ai eu parfois un peu de mal avec ses réactions. Tout au long de ce roman , elle ne cesse d'évoquer Wes. Il est évident qu'elle a des sentiments profonds pour lui mais dans ces cas là comment expliquer son attitude dès le premier ou le deuxième chapitre. La situation dans laquelle elle va arriver n'est pas des plus banales mais elle ne résiste pas très longtemps à la tentation. Ce qui m'a parfois agacée est le fait qu'elle se lamente sur son bonheur avec Wes alors que c'est elle qui a choisi de poursuivre ses missions. Comme je l'ai déjà dit, je comprends sa démarche car Mia est une femme qui veut rester indépendante mais pourquoi réagir de cette façon et éprouver une telle culpabilité dans ce cas. Elle a fait des choix et elle devra les assumer au fil des ses missions. C'est donc un point qui m'a titillé tout au long de cette nouvelle aventure.

Comme je l'ai dit précédemment , nous avons de nombreuses scènes de sexe dans ce tome et je pense qu'il y en a même plus qu'en janvier. Il faut dire qu'elle verra très peu Seattle si ce n'est les bras et le lit d'Alec. On ressent encore son caractère mais on sent surtout une jeune femme qui ne veut plus tomber amoureuse car elle a déjà eu le coeur brisé bien trop souvent. Par contre , c'est une jeune femme qui veut explorer sa sexualité et laisser libre cours à ses désirs. Elle ne veut pas tomber dans le jeu des sentiments mais lorsqu'elle succombe au charme d'Alec , n'y a t-il pas un peu de sentiments? J'ai toutefois trouvé sa réaction vers la fin du tome un peu étonnante et elle soulève bien des choses quant à la "moralité" de l'entreprise de sa tante Millie. En effet que ce soit Wes ou Alec , tous deux procéderont au versement des 20 000 dollars supplémentaires pour payer les services en nature. Cela pose la question de la limite entre la prostitution et des actes sexuels entre personnes consentantes. Je dirai donc que si ce sujet épineux n'était pas évoqué , on aurait tendance à oublier que les missions de Mia ne sont pas si anodines qu'elles en ont l'air. Personnellement , je ne suis pas "choquée" car les sentiments entrent dans l'équation et que chaque personnage est consentant et non obligé d'avoir recours à ce genre de service d'escort girl.

Bref, j'ai réussi à me laisser embarquer par cette nouvelle aventure concoctée par Audrey Carlan . Sa plume parvient à proposer aux lecteurs des scènes érotiques non graveleuses où le désir , le plaisir et les sentiments ( peu importe leur nature profonde) s'unissent . Le mois de mars nous amènera vers une nouvelle destination et un nouveau beau gosse. A nous Chicago et Anthony Fasano.

Pour commander ce nouveau tome, cliquez ci dessous


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...