lundi 19 septembre 2016

Ma Ptite Interview avec Olivia Billington qui nous parle de son roman @Sirène


Bonjour Olivia, je suis ravie de vous retrouver à nouveau pour une nouvelle interview. Comment allez vous?

Bonjour Aurélie, j’en suis ravie aussi. Je vais très bien, merci. Et vous ?

Ca va bien merci :) 

Pour les lectrices de Nisha Edition qui ne vous connaissent pas encore, pourriez vous vous présenter en quelques mots?

Impulsive et réfléchie, timide et bavarde, posée et nerveuse, douce et brusque, toute en contradiction. Forcément. Trentenaire pour quelques années encore (si peu, si peu), maman de deux enfants. Belgo-anglaise – oui, c’est mon vrai nom.



Parlez nous de votre aventure chez Nisha Editions. Pourquoi avoir choisi cette maison d'édition?

J’ai découvert Nisha sur Facebook et, d’emblée, leur ligne visuelle m’a séduite. Ensuite, leur dynamisme, leur réactivité et leur côté déjanté m’ont convaincue de leur envoyer mon manuscrit. @Sirène est ma première romance, mais elle ne correspond pas forcément aux codes du genre, et il lui fallait une maison d’édition qui ose.

Votre titre @Sirène sortira le 22 septembre. Pourquoi ce @ dans le titre?

L’explication sera donnée dans le tome 2. ;-)
Intégrer le titre du roman dans le récit fait partie de mes manies d’auteure (peut-être vous souvenez-vous d’Aurore épicée?).

Pourquoi avoir choisir ce thème de la Sirène?

Car <roulements de tambour>, les sirènes me fascinent depuis l’enfance. J’ai voulu traiter ce thème au travers du prisme de la folie (autre sujet qui me captive : j’écris pour le moment un roman qui se déroule dans une clinique psychiatrique).

Est ce à prendre au sens propre ou au sens figuré?

Difficile de répondre à cette question sans dévoiler une partie de l’intrigue... ^_^



Avez vous fait des recherches particulières sur les sirènes?

Oui, je me suis un peu documentée pour le roman – j’aime le travail de recherche qui précède la rédaction.

Comment vous ai venu l'idée de cette saga?

À l’origine, j’avais écrit l’article présent dans le premier chapitre pour un atelier d’écriture. Par la suite, j’ai estimé que les deux personnages méritaient d’être développés dans un roman. Je voulais des chassés-croisés amoureux, j’ai donc ajouté d’autres personnages.

Pouvez vous nous parler des 3 héros principaux.

Florian Senay : charmant trentenaire incapable de garder ses conquêtes, est subjugué par la mystérieuse Michaela Dauclair.
Michaela Dauclair : belle et charismatique romancière qui semble avoir perdu la raison. Fascinée par les sirènes, inaccessible, elle vit recluse dans sa maison entourée de piscines. Depuis un accident de la route, bien des années plus tôt, ses livres sont sombres et souvent torturés.
Rebecca Bizier : libraire, a le coup de foudre pour Florian lorsqu’il entre dans sa librairie mais déchante en comprenant qu’il a besoin de son aide pour séduire la romancière. Prête à n’être qu’une amie, elle accepte, pour quelques instants volés en sa compagnie.

Si vous deviez définir vos héros en 3 mots chacun....

Florian : calme – romantique – persévérant
Michaela : mystérieuse – inaccessible – control freak
Rebecca : douce – sensible – intuitive



La solitude semble un thème qu'ils partagent. Mais n'ont ils pas une vision différente de la solitude?

Tout à fait. Michaela a choisi la solitude, elle en a besoin, même si... ;-) Florian, lui, en souffre : il a du mal à se voir autrement qu’en l’adolescent au physique ingrat qu’il était jadis. Ses relations ne durent pas. Quant à Rebecca, elle ne cherche pas une relation à tout prix, mais lorsqu’elle rencontre Florian, elle réalise qu’en fait, elle se sent plutôt seule.

Pourquoi avoir choisi d'écrire un roman avec un point de vue multiple?

J’écris le plus souvent avec un point de vue multiple (pour les romans).
D’autres personnages prennent de l’importance dans les tomes 2 et 3 et je voulais alterner pour qu’ils aient eux aussi leur place, leur voix dans ce roman.

La thématique du livre est présente au travers des différents personnages , pourquoi cette mise en abyme d'un livre dans un livre?

C’est une technique narrative que j’aime utiliser. Dans ce cas-ci, elle apporte un côté intriguant au récit, tout en dévoilant d’une certaine façon la personnalité de Michaela.

Michaela semble très mystérieuse. Doit on s'attendre à de très grandes surprises de sa part?

Son comportement sera surprenant, oui.

Peut on parler de triangle amoureux dans @Sirène? ( Où est ce trop de spoilers lol)

Mmh, ce serait spoiler, en effet... ;-)

Deux visions de la femme s'opposent avec Michaela et Rebecca. Comment les définiriez vous? Dans leur attente? Leur vécu?

Là où Michaela est dans le contrôle, Rebecca se laisse porter par ses émotions. Michaela exige, Rebecca espère. Elles ont toutes les deux leur part de désillusions et ont rebondi chacune à leur manière : Michaela par l’écriture et Rebecca en tâchant de voir le positif dans sa vie.



Avez vous d'autres projets avec Nisha Editions?

Peut-être... ^_^

Si vous étiez une créature mythique qui seriez vous?

Malgré mon attrait pour cette créature, pas une sirène : j’ai trop peur de ce qui se cache dans les abysses.
Je serais une minuscule fée, avec des ailes colorées comme celles d’un papillon.

Si vous étiez un titre de roman?

En guise de rappel de Ma vie de sirène de Michaela Dauclair, pourquoi pas Ma vie d’esclave (élever seule ses enfants, c’est reposant, voyons !) ?

Un dernier mot pour la fin?

Merci Aurélie pour cet entretien.

J’espère que cela vous aura donné l’envie de découvrir mon univers, qui ne se limite pas à la romance un roman de fantastique, L’abîme au bout des doigts, sort en 2017).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...