jeudi 12 janvier 2017

Mon avis sur l'excellent The Goal de Elle Kennedy


Sabrina James est en dernière année de lycée. Elle a depuis longtemps planifié son avenir : obtenir son diplôme, entrer à la fac de droit et décrocher un super-job dans un des plus grands cabinets
d'avocats du pays.

Elle veut aller de l'avant et oublier son passé.

Quand elle croise le beau Tucker, elle n'a à lui offrir qu'une nuit, il ne peut pas faire partie de ses projets.

Mais tout va se compliquer...

John Tucker, la star du hockey qui ne vit que pour sa passion, va se transformer quand Sabrina lui annonce qu'elle est enceinte. Il compte bien assumer son rôle de futur papa.

Mais la jeune fille est têtue et ne veut accepter aucune aide de sa part.

Il va falloir toute la ténacité de Tucker pour que, petit à petit, elle lui ouvre son coeur.

Saura-t-il convaincre la belle et froide Sabrina que, parfois, mener un projet à deux est plus facile ?

Date de sortie: 12 janvier 2017
Editeur: Hugo New Romance
Prix: 17 euros
Pages : 475 pages

Note:image host

Avant de vous donner mon avis, je voudrais remercier Déborah et Olivia des Editions Hugo New Romance pour m'avoir permis de lire ce dernier tome en SP. 

Mon avis : Je dois avouer qu'après mon coup de coeur pour Dean dans le précédent tome , la barre avait été mis très très haute. Même si Dean est et restera mon coup de coeur incontesté de la saga juste devant Garrett, j'avais très envie de découvrir Tucker que l'on connaît depuis le début de Off Campus mais dont on ne sait pas grand chose au final. Je savais que j'allais fondre pour lui mais j'avais surtout peur de détester grandement Sabrina James car l'image que nous avions d'elle était loin d'être très attirante. J'ai donc adoré cette saga et même si je sais qu'Elle Kennedy nous concocte des spin off , ces quatre mousquetaires de la crosse vont me manquer terriblement.

John Tucker aka Tuck est un héros vraiment parfait. J'ai rarement vu un héros masculin avec un patience autant mise à rude épreuve. On le savait calme et posé par rapport à ses camarades notamment Logan et Dean mais je n'aurais pas cru qu'il avait cette qualité en lui. Dès les premières pages, j'ai donc apprécié qu'il nous permette de découvrir Sabrina sous un autre jour. Je ne nierai pas que sa douceur et sa gentillesse ne plaident pas en faveur de cette dernière car elle le met vraiment à rude épreuve. Tucker était donc le papa poule de la maisonnée où tous nos hockeyeurs vivaient ensemble et j'ai vraiment aimé en savoir plus sur ce personnage. Parfois quand on en sait peu sur un personnage , on s'imagine des tas de choses et on est forcément déçue mais ce ne fut pas le cas avec lui. L'intrigue de The Goal reprend en quelque sorte celle de The Score car ce dernier tome se terminait par une nouvelle explosive qui concerne les héros de ce tome. On revient donc quelques mois en arrière pour notre plus grand plaisir même si on se focalise sur la liaison secrète de Tuck et Sabrina. Il est originaire du Sud et cela contribue aussi à son charme mais le plus important est sa prévenance, son attention vis à vis des autres et sa capacité à être compréhensif.

En effet , j'ai beau cherché , je ne parviens pas à trouver un défaut à cet homme de 22 ans. Il est mature pour son âge et assume ses actes en prenant sa responsabilité avec un grand tact. Lorsqu'il est sur la glace, il joue en parfaite harmonie avec ses co-équipiers et n'a aucunement la grosse tête. Ce sport fait partie de sa vie depuis son enfance et a même une place particulière car au Texas il aurait dû jouer au football , le sport local et non au hockey sur glace. Il s'est investit à fond pour parvenir à accomplir ses rêves. Si on parle de son éducation, elle est parfaite et sa maman a fait un boulot formidable. Malgré la distance qui sépare Boston du Texas, le lien est toujours là même s'il ne se téléphone pas tous les jours. Au niveau de ses études, ce n'est pas un cancre et il a déjà réfléchi à investir correctement et durablement l'argent qu'il a reçu en héritage de son père. Contrairement à ses camarades , il n'est pas riche et sans sa bourse, il n'aurait jamais pu intégrer l'université de Briar. J'ai donc beau chercher, je ne lui trouve aucun défaut que ce soit au niveau de son physique ou de son mental. Si vous me dites où ce genre d'hommes peut être trouvé , je suis preneuse. Parviendra t-il à séduire Sabrina ? Saura t-il se faire une place dans sa vie? Pourra t-il conquérir la Reine des Neiges?

Comme je l'ai dit précédemment , j'avais très peur de détester cordialement Sabrina James car depuis que nous l'avons découvert dans le précédent tome, j'ai trouvé qu'elle était sacrément garce et peste. Elle ne dégage que froideur, mesquinerie et elle a ce côté hautain des plus détestables. Cette impression ne s'est pas effacée tout de suite car quand elle accepte de laisser entrer Tuck dans son lit ( et non dans sa vie) , elle établit des règles très particulières : avec elle les sentiments n'ont pas lieu d'être car elle n'a pas le temps pour cela. Etre ambitieuse peut être une qualité chez certains personnages mais chez elle, ce n'est pas forcément pour la mettre en valeur. On ne peut pas nier l'intelligence et la volonté chez cette femme de 22 ans dont le seul but est de rejoindre l'Université de droit d'Harvard. Même avec ses amies Carin et Hope, au début, j'ai eu un peu de mal car je n'ai pas l'habitude de voir des amies agir de cette façon. Il est vrai que Sabrina n'a pas la même attitude que celles qu'elle surnomme Hopeless ( sans espoir) et Careful ( fais attention) . Ces dernières sont aussi très impliquées dans leur étude mais elles savent relâcher la pression en s'amusant au moment opportun. Elles ne jouent pas de la même façon avec les sentiments des autres et elles permettent en fin de compte de donner un aspect plus humain à Sabrina.

Ca aurait donc été désagréable si nous n'avions pas creusé le vernis pour découvrir ce qu'elle cachait. C'est en effet en découvrant son environnement familial qu'on commence à comprendre pourquoi elle a tellement besoin de s'en sortir. Elle vit dans une maison délabrée avec sa grand mère Nana et son beau père dégueulasse Ray ( qui en passant était aussi avec la mère de Sabrina). Lorsqu'on découvre les conditions dans lesquelles elle vit, on ne lui trouve pas d'excuses mais on saisit sa rage de vaincre et d'avoir accès à une vie meilleure. Nana est certes sympathique mais il y a chez elle certains éléments dérangeants dans sa façon de gérer sa vie et d'accepter les caprices de vieux ragoûtants de Ray. Quand à ce dernier, il est tout simplement à vomir. Je ne comprends pas comment une telle vermine peut agir comme il le fait en toute "impunité". Dès lors, on découvre donc pourquoi Sabrina est hermétique à tous sentiments qui seraient capables de la faire dévier du chemin de réussite qu'elle a tracé. C'est aussi à partir du moment où une nouvelle explosive va bouleverser sa vie qu'elle nous montre une autre façette qui la rend plus attachante. Si elle avait pris une autre décision , je pense qu'elle serait restée dans la case "personnages à détester jusqu'à la fin des temps" mais elle aussi va assumer ses actes et prendre les mesures qui s'imposent. Sabrina a su parvenir à m'émouvoir au fil des pages et du dénouement de l'intrigue. Va t-elle ouvrir son coeur à Tucker? Parviendra t-elle à atteindre le Saint Graal et entrer à Harvard? La Reine des Neiges deviendra t-elle humaine et chaleureuse ?

Bref, c'est avec une grande émotion que j'ai dit au revoir aux personnages qui nous ont tant vibré avec cette saga Off Campus qu'il ne faut manquer sous aucun prétexte. Dean restera mon coup de coeur incontestable mais Tucker a su conquérir mon coeur car c'est un homme que tout le monde rêverait d'avoir dans sa vie. Elle Kennedy a su nous concocter quatre histoires avec quatre hommes bourrés de testostérones et à la sexitude incroyable. Je ne suis pas prête d'oublier ces quatre mousquetaires du hockey.

Retrouvez l'avis de ma copine Marlène en cliquant ICI

Pour le commander , cliquez ci dessous


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...